Clean Beauty ou la prise de conscience de la perversité d’une intoxication circulaire sans fin.

La Clean Beauty (natural beauty, green beauty) ou produits d’hygiène et de beauté propre, est un mouvement écologique, devant amener les fabricants et les consommateurs de produits d'hygiène et de crèmes cosmétiques, à prendre conscience que les produits délétères à leur santé, le sont également pour la nature et donc à cesser de fabriquer et/ou d’utiliser des produits qui nous conduisent directement à notre destruction.

D’où vient la Clean Beauty - Natural Beauty ?

La Clean Beauty, terme que l’on peut traduire littéralement en Français par beauté propre, est un mouvement qui nous vient tout droit des États-Unis, pays dans lequel la législation sur les produits cosmétiques est quasiment inexistante.

A titre d'exemple alors que la législation Européenne interdit l'utilisation de 1300 ingrédients chimiques dans les crèmes cosmétiques et les produits d'hygiène, les Etats-Unis n'en proscrivent que seulement 30.

Cet état de fait n'a pas été sans inquiéter les consommatrices et consommateurs américains qui se sont mis à regarder de plus près la composition des produits qu’ils s’appliquaient sur la peau.

Ces consommateurs sont devenus des « Lanceurs d’alerte »… Le mouvement Clean Beauty débutait en même temps qu'il propulsait le secteur de la cosmétique naturelle jusque-là restée en berne.

Que sont les exigences de la Clean Beauty ?

 1 : Des produits de beauté et d'hygiène naturels et non toxiques : Natural Beauty

Les raisons fondamentales : alors que la première règle en cosmétique et hygiène est que les produits ne doivent jamais passer la première couche du derme, plusieurs études récentes démontrent que bons nombres d’ingrédients utilisés dans les compositions des produits couramment vendus et utilisés, ne répondent absolument pas à cette interdiction, ceci n'excluant pas certains produits cosmétiques et d'hygiène Européens.

Ces études, quelque peu passées sous silence, signalent que le taux de toxiques transmis au corps par la peau et par ce type de produits, serait de 2 kg par an et par personne, ce qui est bien supérieur à la toxicité alimentaire.

C’est pourquoi en premier point la Clean Beauty réclame que les crèmes cosmétiques et produits d’hygiène ne contiennent aucun agent toxique, ou mieux encore des produits d'hygiène Bio.

La Clean Beauty, ou Natural Beauty, a également pour exigence de n'utiliser que des cosmétiques Vegan, sans produits animaux : la Green Beauty 

 2 : Des produits non polluants pour l’environnement.

Par pollution environnementale il faut comprendre le circuit global de vie d’un produit, allant depuis sa fabrication jusqu’à sa destruction.

3 : Les crèmes de beauté, ou crèmes cosmétiques

3.1 Leur fabrication : soyons clairs, à partir du moment où nous fabriquons un ingrédient chimique, il est inévitable que nous rejetions des résidus dans la nature, qui par définition ne connait pas ces types de molécules et se retrouve dépourvue de moyens pour les « digérer », les éliminer.

 3.2 Leur utilisation : Par exemple les produits que l’on appelle purement cosmétique ou crèmes de beauté, sont généralement d’une contenance de 50 grammes, ce qui est peu finalement par rapport au volume de leur emballage.

Concernant ces produits cosmétiques, nous pouvons pratiquement ignorer leur rejet dans la nature puisque que notre peau est leur réceptacle, et que s’il y a toxicité, c’est bien elle qui l’assumera, nous pouvons donc considérer qu'à ce niveau, la pollution directe de ces produits ne concerne pas l'environnement.

3.3 Leurs emballages : En revanche, ces produits vendus habituellement chers doivent être présentés « correctement », comme on le dit : « il faut habiller la mariée ».

Et c’est pourquoi nous devons nous intéresser de près à leurs emballages.

Généralement, nous pouvons dire que 95% du temps flacons ou pots sont faits de plastique. De plus pour que l’emballage paraisse de qualité, les épaisseurs de plastique sont absolument démesurées, ce qui en définitive ne peut contenter que les producteurs Chinois.

Et voilà la cosmétique, et ses consommateurs, impliqués directement dans une des plus grandes pollutions touchant actuellement la planète : les déchets plastiques.

4 : Les produits d’hygiène :

Une pollution corps et nature beaucoup plus importante encore !

Si tout le monde n’utilise pas des crèmes de beauté, tout le monde se sert, et ce au quotidien, de produits d’hygiène.

Par produits d’hygiène, il faut entendre gels douches, savons, shampoings, après shampoings dentifrices, etc.

 4.1 Nature des produits d’hygiène :

Bien que le marché du Bio ou du naturel soit en essor, il ne représente qu’une très faible partie de l’immense commerce des produits d’hygiène, la plus grande place restant aux produits chimiques que nous connaissons bien.

Si nous nous penchons sur leurs formules, c’est à dire ce qui va être directement en contact avec notre peau, notre corps, que nous épluchons les ingrédients un a un, il y a parfois de quoi avoir froid dans le dos.

Tout simplement il faut se demander : Si la nature est incapable de digérer ces molécules polluantes qu'elle ne connait pas, comment est-ce que notre corps le pourrait ?

 4.2 Leur rejet :

Shampoing, gel douches et autres produits sont bien évidemment rejetés à l’égout après utilisation lors de notre toilette. Ces produits, j’imagine seront alors dirigés vers des stations d’épurations, traitant tout azimut déchets organiques et déchets chimiques.

Si je peux comprendre le système de transformation des déchets organiques, dont se charge très bien la nature puisqu’elle les rend même bénéfiques à l’environnement, j’aimerais qu’on nous explique ce qu’il en est pour les molécules chimiques…

Oui, c’est ambiguë et nous pouvons nous poser la question de ce qu’est, par exemple, devenue la pureté de notre eau.

4.3 Leurs emballages :

Ces produits au volume important, conditionnés en général de 250 ml à 1 litre sont tous emballés dans d’importants flacons plastiques et nous revenons de façon exponentielle à notre description de la pollution environnementale dans le paragraphe 3.3.

Conclusion : plus nous serons vigilants quant au produits d'hygiène et aux crèmes cosmétiques que nous utilisons, plus nous seront exigeants au regard de notre santé, plus nous promettrons un futur vivant à nos enfants.

Lionel Courtot - fysi

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés